1er degré Instances : CAPA, CAEN, CTA, CTSD, CHSCT, CDEN Education prioritaire

 CR du groupe de travail du CTSD 1er degré du 1er février

 

Le groupe de travail de ce lundi avait pour objectif la présentation des objectifs de l’académie pour la gestion de la carte scolaire de la rentrée prochaine. (Postes, dédoublements…)

L’IA a rappelé que le Rhône serait doté de 143, 5 postes supplémentaires à la rentrée prochaine (154 moins 10.5 déjà utilisés cette année pour les écoles rurales). Avec ces postes il va devoir assurer les décharges des direct·rices·eurs des plus petites écoles (25-30 postes) et dédoubler les Grande Section en REP + (aucune réponse de l’IA sur le nombre de postes nécessaires), priorités ministérielles.
L’IA du Rhône souhaite également renforcer les moyens de remplacement du département (+ 70-100 postes).
On comprend bien que la volonté ministérielle de garder les GS, CP et CE1 hors éducation prioritaire à 247 élèves maximum ne pourra pas être appliquée (l’IA prévoit de ne s’en servir que pour éviter des fermetures de classe).

-  Les grande section seront donc dédoublées en REP+ seulement (d’autres départements dédoublent en REP également). Les classes seraient à 14 ou 15, très souvent à 28 ou 30 dans une seule pièce mais avec 2 enseignant·e·s. Bien entendu une seule ATSEM pour ces 2 classes ainsi crées. Lorsqu’on évoque l’exiguïté des locaux et le faible intérêt d’une telle mesure censée favoriser le langage chez les plus jeunes, l’IA nous répond qu’il faut « rentabiliser les espaces (il existerait toujours, selon lui, une ou plusieurs salles inoccupées dans les écoles). » Comme si ce n’était pas déjà fait !
Nous tenons à rappeler qu’une majorité des collègues de REP + souhaiterait plus volontiers des baisses globales d’effectifs et non un pré-CP de préparation aux évaluations en demie classe ne servant que la communication ministérielle.
Inévitablement, cette mesure semble signifier la fin des classes multi-niveaux (s’il y a seulement 26 GS, on peut très bien y rajouter 3 ou 4 MS pour faire le nombre), ce qui risque de rendre difficile les pratiques pédagogiques souvent mises en œuvre dans ces écoles.

-  Il a précisé que, désormais, les classes dédoublées compteraient pour deux classes et non plus une comme c’était le cas auparavant. Depuis le temps que les organisations syndicales faisaient remonter ces aberrations !

-  Sur l’école Levi Straus, menacée une nouvelle fois de fermeture, celui-ci a préféré rejeté la responsabilité sur la mairie en rappelant que ces décision relevaient des compétences des élu·e·s.
Une école ferme en plein centre-ville, victime de la marchandisation des logements du quartier, encouragée par la municipalité précédente et pas encore freinée comme l’annonçait la nouvelle municipalité.

La CGT Educ’action invite toutes les écoles qui souhaitent être défendues lors du prochain CTSD à nous contacter à cette adresse : contact69@cgteduc.fr